La conscience

Aller en bas

La conscience

Message par Admin le Jeu 31 Déc - 10:58

A vous de jouer Wink

Admin
Admin

Messages : 357
Date d'inscription : 30/12/2015

Voir le profil de l'utilisateur http://philosophiesorrel.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

"Le sujet" cours I+II (résumé textes +bilan)

Message par Rachel Bonifaci le Mer 20 Jan - 19:10

Le sujet

Importance de la question « Qui suis-je ? »

-Importance sociale / politique
- Importance existentielle « Si j'ignore qui je suis je vais me tromper sur ce que je dois faire »
→ ex. Oedipe

I. Peut-on localiser le Moi ?
Apparemment l'existence du Moi est la chose la plus évidente du monde
→J'ai conscience de Moi, de mon existence = je ne peux en douter

La conscience que nous avons de nous-mêmes nous permet de nous reconnaître par delà nos changements donc quelque chose en nous doit assurer notre identité personnelle
Moi = qui reste identique à lui-même ≠ Changer = devenir autre (physique/corps + mental)
L'existence du Moi bien qu'indéniable ne semble être relié à aucun lieu.

Conclusion I (texte Pascal)
– Le Moi ne peut être envisager comme un substance, ce qui existe en soi en opposition à ce qui change (sinon Moi = rien)
– L'identité personnelle est déterminée en parti par le regard d'autrui. Nos identités sont multiples selon les circonstances dans lesquelles nous nous trouvons. Si c'est autrui qui détermine en parti qui je suis et que cette identité qu'il m'attribue ne me satisfait pas il est particulièrement difficile de la modifier
=> Texte historiquement important car il montre qu'il faut penser l'individu sans la notion de substance et parce qu'il montre la dimensions sociale de notre identité. La notion de conscience va dorénavant remplacer celle de substance pour penser l'identité personnelle.

II. Conscience et temps

Temps
– Conception objective : écoulement régulier et mesurable (quantité, le même pour tous)
– Conception subjective : durée vécue : notre conscience nous fait ressentir l'écoulement du temps différemment (il passe + ou – vite selon le contexte)

Conscience
– Conscience immédiate : celle grâce à laquelle je perçois le monde
– Conscience réflective : Conscience de soi = introspection
(– Conscience morale : permet de juger ce qui est bien ou mal)

Bergson :
– Conscience = mémoire
→sans mémoire mon existence durerait un instant (point temporel = ne dure pas = 0)
= l'inconscience
Pour percevoir le monde il faut un certain temps → dans le présent il y a encore du passé, ce qui n'est plus
= grâce à la mémoire ce qui n'est théoriquement plus est encore
– Conscience = anticipation de l'avenir
→ je fais attention à ce qui m'entoure→ présent
→ je suis en attente → je prévois ce qui va arriver, ce qui je vais faire → avenir
= Dans notre conscience il y a toujours encore du passé mais il y a toujours déjà de l'avenir
– Présent = « épaisseur de durée » = présent + avenir => conscience
donc le temps = la conscience car le deux se définissent comme étant des durées (pour Bergson)

CCL :
La conscience me permet de me saisir toujours identique à moi-même dans le temps. La conscience reste toujours identique et les changements qui m'arrivent se déroulent à l'intérieur de cette conscience (= intérieur de la mémoire). Il y a aussi dans ma conscience les changements que je veux faire advenir par la suite (conscience = « anticipation de l'avenir ») Tout ce que je suis doit se trouver à l'intérieur de la conscience. La conscience permet de répondre à la question « Qui suis-je ? » au sens individuel mais également général.

Kant : conscience de soi
→ Avoir la conscience de soi → « personne » → « dignité » = liberté
→ Tous les êtres vivants = sans raison → « choses » → disposition, possession
La distinction entre les êtres conscients d 'eux-mêmes et ceux qui ne le sont pas se fait par le langage.
Conscience de soi →s'exprimer à la 1ère personne
L' Entendement est la faculté par laquelle je pense et je prends conscience de soi = raison (dans le texte)
Penser = se représenter dans son esprit ce qui existe et donc être conscients de soi c'est se représenter soi-même dans son propre entendement
→ Paragraphe 2: Enfant qui acquiert le langage avec le temps (ne rattache pas ses sensations à sa personnes) donc les enfants sont des « personnes en devenir » pas des « choses » donc ils ont une certaine dignité. L'enfant doit comprendre qu'il existe un terme spécial pour se désigner lui-même.
(Kant XVIIIe siècle : siècle des Lumières = « Ose te servir de ton entendement »
→ usage de l'entendement = certaine lumière (pour Kant)

Bilan II :
La conscience de soi définit l'individu mais également l'humanité en général. Nous nous définissons comme des êtres conscients grâce à notre conscience = conscience réflective. Par introspection, nous avons accès à tout ce qui constitue notre identité personnelle

Rachel Bonifaci

Messages : 5
Date d'inscription : 05/01/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum